"Je crois avant tout au respect de l'âme. À des rythmes de vie qui lui donnent la permission de respirer, de s'exprimer. Loin des dogmes et des recettes du bonheur.

L'art intuitif nous ouvre à nos fragilités, nous autorise à nous raconter, et à changer d'histoire quand le vent tourne. 

Je suis fascinée par l'acte, peu m'importe l'oeuvre."

Benoîte

J'ai grandi à l'orée de la Grésigne, au son du brame des cerfs. Je suis partie à la ville étudier les étoiles.

 

Puis j'ai planté ma tente dans l'Ouest canadien, où j'ai élevé mes filles et enseigné l'astronomie. J'y ai croisé des ours, une éclipse de soleil, et des éco-féministes.

 

Des rencontres avec les Musqueam, Haïda, Mohawk et Xaxli'p m'ont appris que je ne dialoguais plus avec mon âme ni avec ma terre ; j'ignorais mes instincts ; j'avais éteint mon imagination.

La nuit obscure de l'âme, guidée par une Ainée, a duré cinq ans. 

Dériver au fil de l'inconscient, dans l'odeur appaisante des grands cèdres. Dessiner, écrire, sculpter. Écouter les légendes, les tambours. Lâcher prise lors des rituels.

Je porte en moi un peu de cette terre où l'on côtoie les cougars et les orques, de ce monde où l'on peut tout oser, y compris se ré-inventer.