les arteliers accompagnent l'invention de vos rituels

Baptêmes, mariages et enterrements n'ont plus la côte. 

Nos folklores ne rythment plus nos vies. 

Il nous reste la Fête de la musique pour le solstice d'été

ou Noël commercial pour le solstice d'hiver. 

Pourquoi ne pas inventer nos propres rituels, pour egayer nos vies ?

Masque-coiffe Vanuatu, du Sud de l'île Makekula, début du 20e siècle. Fougère, légumes et pigments.

Un rituel, c'est une communion qui participe aux transitions de vie.

La richesse d'un rituel réside dans sa préparation. On parle, on se prépare, on imagine, on crée, on tisse des liens. 
 

"Le rite ouvre une dimension symbolique qui ... façonne la sensibilité. 
Il opère ... avec des symboles qui donnent à vivre du sens... 
qui expriment les dimensions les plus profondes 
de la condition humaine. " 
Denis Jeffrey 
https://www.ledevoir.com/opinion/idees/33305/que-sont-les-rites-devenus-du-rituel-collectif-a-celui-de-chacun

cérémonie de croning

La “crône” elle est la troisième phase de la vie d'une femme.

Se sentir responsable du bonheur des autres n'est plus sa priorité. Elle est valorisée pour son expérience de la vie, pour sa sagesse. Elle peut être une guide, une conseillère : une Aînée.

Elle n'a pas besoin des autres pour enfanter son bonheur.

La cérémonie intervient souvent après une déprime aux alentours de la ménopause : la descente dans la caverne, où la femme rencontre tout ce qu'elle a tu d'elle-même pour survivre, pour s'intégrer. Ce qui n'a pas éclot.

En anglais, "croning" ressemble à "crowning" : le couronnement.

Cette femme crée sa cérémonie de toute pièce, elle se donne toutes les permissions. Elle imagine cette création artistique pour célébrer ce qu'elle a accompli, accueillir la crône qu'elle va devenir. 

Elle s'autorise à ne plus être définie par les autres, mais par ses désirs profonds, ses instincts. Elle écoute la femme sauvage qui dort en elle. Ce rituel lui appartient, elle ne cherche pas à copier des traditions.

 

"Ce rite de transformation est le point d'orgue d'un chemin de maturation et de libération."

 

exemples de partages

Célébration de vie

Après le départ d'un être cher, certains proches ressentent le besoin de fêter la beauté de l'existence qui vient de s'achever,

d'en évoquer les bons moments, 

de dire "merci".

Pas un adieu

La célébration de vie n'est pas centrée sur le deuil mais sur la joie, sur ce qui a été partagé avec la personne qui vient de traverser la Grande Porte. Ce rituel est marquée par la gratitude.

Qui participe ?

La cérémonie n'est pas un substitut à l'enterrement familial, mais un complément. Ne participent que les personnes qui le désirent.

Importance

La célébration de vie est parfois le souhait d'une personne qui ne veut pas partir dans la douleur et les larmes. Ou qui veut effacer l'image de la maladie. Cette personne peut laisser des instructions pour sa cérémonie.

 

Préparation

Comme tout rituel, c'est la préparation qui est la plus belle offrande au défunt. Le temps et l'imagination que l'on y consacre. Le vivre ensemble et la volonté de calmer les antagonismes. Se mettre d'accord sur un lieu, sur une date, sur ce qu'on veut partager. 

Spirit

Les proches inventent un rituel qui n'est affilié à aucune religion, trouvent les mots qui ne heurtent personne. En particulier quand on parle du sort du défunt après sa mort.

Ou les proches choisissent d'inviter les traditions spirituelles de chacun, y voir une richesse et entrer dans une communion inter-religieuse.

Honorer nos ancêtres

Il peut arriver un jour où nous avons commis suffisamment d'erreurs pour faire la paix avec le passé. Où nous acceptons finalement nos ancêtres dans leur intégralité: qualités et défauts. Où nous avons réussi à dépasser tout ce qui nous a manqué, et où nous voulons célébrer ce qui nous a été donné. 

Nous ressentons alors  parfois le besoin de renouer le lien avec notre source. Honorer nos ancêtres même si l'on ne croit pas à l'au-delà. Remercier notre terre natale.

Dans ce monde trop rationnel, inventons notre rituel en fonction de notre vécu.

Solennel ou festif.

Collectif ou solitaire.

Méditatif ou théâtral.

La préparation est l'essentiel de la communion. Le temps et l'imagination que nous y consacrons. Les souvenirs évoqués. Notre réflexion sur la gratitude. 

La cérémonie elle-même n'est que la note finale, tel un repas de fête.